La qualité du sommeil reste un élément fondamental pour une bonne récupération physique et intellectuelle. Le manque de sommeil ou bien son altération (réveils la nuit, difficulté d’endormissement) peuvent se répercuter dans notre activité au quotidien. Les problèmes de mémorisation et de concentration, le manque d’attention, les coups de fatigues à répétition sont souvent les signes visibles d’un sommeil de mauvaise qualité, pouvant à long terme s’avérer dangereux pour notre intégrité physique et mentale.

La durée du sommeil est une des grandes variables physiologiques de l’homme. La science du sommeil reste une science jeune, qui n’a pas encore livré tous ses secrets. Cependant, les progrès de ces dernières années nous permettent de tirer quelques généralités.

Les différentes étapes du sommeil :

La durée du sommeil : entre 4 et 12 heures suivant l’âge et le profil de chacun. En moyenne, un adulte a besoin de 8 h de sommeil par jour.

Le sommeil se compose d’une succession de 4 a 6 cycles, chaque cycle durant entre 90 et 120 minutes. Un cycle se décompose en plusieurs stades de sommeils lents de plus en plus profonds puis de sommeil paradoxal (phase associée au rêve).

Stade 1 lent léger : c’est la somnolence, correspondant à l’endormissement (transition entre l’éveil et le sommeil), souvent précédée de bâillement.

Stade 2 lent plus profond : il occupe environ 50 % du temps de sommeil total. Le sujet est assoupi, mais il est encore très sensible aux stimuli extérieurs.

Ensuite stade 3 lent profond, puis stade 4 lent encore plus profond. Le sommeil profond occupe environ 1 heure et 40 minutes au cours d’une nuit moyenne de sommeil, que la personne soit un petit dormeur ou un gros dormeur. Il a tendance à diminuer avec l’âge, au profit du stade 2. C’est la phase la plus importante du sommeil.

Ensuite passage au dernier stade, le sommeil paradoxal: C’est la période propice aux rêves mais aussi aux cauchemars, bien que les rêves puissent survenir pendant le sommeil lent.

Quelques conseils pratiques pour mieux dormir :

Si vous avez des difficultés pour vous endormir ou une qualité de sommeil perfectible, voici quelques conseils simples mais néanmoins efficaces .En premier lieu réglez votre réveil et levez vous tous les jours à cette heure et cela quelles que soient les heures de sommeil de la nuit précédente; ainsi vous pourrez obtenir un rythme de sommeil constant. C’est un peu dur au début mais efficace sur le long terme. Ne vous couchez que quand le sommeil se fait sentir et que vous êtes prêt à dormir. Evitez les activités trop stimulantes pour le corps et l’esprit l’heure précédant votre coucher: la télévision, les ordinateurs, les tablettes et le sport sont donc à proscrire avant de dormir. Si après 20 minutes dans votre lit vous ne trouvez pas le  sommeil, levez vous, passez dans une autre pièce au calme, occupez vous à des choses calmes en attendant les premiers signes du sommeil qui vient puis recouchez vous. Si le sommeil ne vient toujours pas recommencez aussi souvent que nécessaire. Ces techniques fonctionnent plutôt bien pour retrouver un sommeil de qualité, mais pour les insomniaques cela ne semble pas résoudre leur problème de sommeil car la correction comportementale ne suffit pas.

Attention à l’alimentation avant de se coucher : il est conseillé d’attendre une heure après le repas avant d’aller dormir. Par ailleurs, certains aliments, notamment le kiwi, constituent une aide naturelle dans le traitement des troubles du sommeil. Il a été démontré que la consommation de deux kiwis une heure avant le coucher chaque soir pendant quatre semaines avait sur le sommeil des patients un effet bénéfique. Temps d’endormissement raccourci, durée du sommeil allongée et globalement, des nuits de meilleure qualité. Par ailleurs, deux kiwis procurent environ 15% de la dose quotidienne de fibres recommandée, ce qui ne peut être que bénéfique pour nos intestins.

La pratique de l’ostéopathie : une solution pour retrouver le sommeil :

La réponse de la médecine à l’insomnie passe souvent par l’utilisation de somnifères et autres narcoleptiques qui touchent directement le système nerveux central avec tous les dégâts que cela occasionne sur le long terme. Les médecines douces et alternatives proposent des solutions moins invasives et dévastatrices. La méditation, le yoga, les arts énergétiques chinois, la sophrologie, l’acupuncture, les plantes, l’homéopathie sont des pratiques à essayer : elles ont déjà démontré leur efficacité pour certaines depuis la nuit des temps.

Et l’ostéopathie dans tout ça ? Cette méthode naturelle répond parfaitement aux troubles du sommeil ! Les problèmes de sommeil sont très souvent liés à une perturbation du système neuro- végétatif (SNV) sur lequel l’ostéopathe peut intervenir. La pratique de l’ostéopathie crânienne permet notamment de retrouver un sommeil de qualité en peu de temps. L’examen ostéopathique approfondi ainsi que la connaissance du mode de vie du patient permettent à l’ostéopathe de traiter les  différentes zones du corps pouvant être en lien avec les troubles du sommeil. Généralement 2 ou 3 séances peuvent suffire pour retrouver un sommeil de qualité.

Attention cependant, le traitement peut s’avérer plus long pour certaines personnes et des examens complémentaires devront parfois être réalisés pour détecter d’éventuelles apnées du sommeil. En agissant sur le stress, souvent responsable d’endormissements plus longs ou bien de réveils nocturnes, l’ostéopathe permet au patient d’être plus détendu et donc de recouvrer un sommeil de bonne qualité.

Par ailleurs, l’ostéopathie permet d’anticiper les perturbations du sommeil lors de périodes parfois difficiles (stress professionnel, soucis personnels quotidiens) afin d’éviter qu’elles occasionnent d’autres troubles (irritation, fatigue,  inattention…).

Si vous rencontrez des problèmes de sommeil, n’hésitez pas à prendre rendez-vous avec Bérangère About, ostéopathe D.O à Bordeaux.