L’ostéopathie et le traitement de l’urgence

L'ostéopathe et le traitement de l'urgence
L’URGENCE EN OSTÉOPATHIE

C’est souvent l’urgence qui amène à consulter un ostéopathe : une douleur aiguë, parfois traumatique, souvent immédiate. La mise en place d’un diagnostic précis afin d’intervenir le plus rapidement possible de façon adaptée et efficace, sur le moment et dans le temps est alors primordiale.

En effet, l’urgence en matière de santé présente un tableau polymorphe : il existe un grand nombre de situations possibles, ce qui rend difficile sa définition. Il peut s’agir d’un phénomène qui touche à la santé et qui survient de façon brutale et inattendue, qui surprend et inquiète, à tort ou à raison l’intéressé ou son entourage : c’est une situation critique, de détresse.

Selon l’Ordre des médecins, il s’agit « de l’état fonctionnel d’un sujet l’incitant à appeler un médecin qui doit répondre et intervenir dans un délai approprié à la nature de l’appel et aux possibilités thérapeutiques dont il dispose ». Cela fait appel aux notions de gravité, de délai d’intervention, et de réponse médicale adéquate. Dans cette logique, on peut ainsi distinguer plusieurs types d’urgences : absolue, relative ou encore différée ;

L’urgence absolue est une urgence lourde, qui correspond à un risque vital nécessitant une intervention médicale dans les plus brefs délais, souvent avec l’assistance de moyens de réanimation spécialisés (polytraumatismes, infarctus, brûlés..). L’ostéopathe confronté à ce type d’urgence doit être capable de faire un diagnostic d’exclusion.

Les urgences relatives regroupent les syndromes d’urgence habituels et qui ne mettent pas en cause le pronostic vital (syndromes abdominaux aigus, fracture, traumatisme, crise d’asthme..). Devant ce genre d’urgence, l’ostéopathe se doit également de faire un diagnostic d’exclusion et d’orienter le patient vers son médecin traitant ou un service d’urgence dans de brefs délais : en effet là aussi, cela nécessite une prise en charge rapide.

Les urgences différées, quant à elles sont les urgences plus légères : elles sont représentées par des manifestations, traumatiques ou non, n’évoquant pas de risque notable. L’intervention d’un médecin ou d’un ostéopathe est alors nécessaire pour traiter ces troubles souvent gênants, parfois handicapants. Ce sont des incidents qui perturbent parfois fortement le cours de la vie du patient, vie privée, professionnelle ou sportive. Cette incapacité va favoriser « une crise » et, dans l’urgence, le patient a besoin d’une réparation de son potentiel physique, mais aussi d’une assistance.

S’adressant aux urgences légères liées aux pathologies fonctionnelles, l’ostéopathe de l’urgence intervient rapidement, grâce une connaissance du corps et un savoir faire qui sont mis à contribution lors de crise aïgues. Il répond à un réel dysfonctionnement biomécanique ou même à une lésion anatomique, en l’objectivant, et la rendant tolérable dans les limites de ses compétences. Pour ce faire, il décrypte la douleur et la souffrance par une écoute et un examen attentif. Via des manipulations, il redonne de la mobilité aux structures anatomiques pour recouvrer un équilibre global, afin d’éviter une aggravation des symptômes (oedème, hématome à la suite d’une entorse par exemple) et bien entendu soulager la douleur.

Pour vos prises de rendez-vous contacter Bérangère About

Contact